L'Agriculteur Charentais 04 juin 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Lait : L’an I de la contractualisation se construit

Les coopératives ont instauré, des prix différenciés, suivant les volumes produits au-delà de la référence «historique.»

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © F. Mechekour

Dire que le sujet n’a pas été préparé avant la fin réelle des quotas serait excessif. Dès février la FNPL demandait au ministère un audit sur l’état de la contractualisation des coopératives laitières pour y voir plus clair. Ce que son président nommé l’année vérité de la contractualisation est bien là : 2015. Lors de son congrès, il y a quelques semaines, la même fédération sortait un livre blanc pour bien pointer les problématiques. Joseph Giraud, directeur de l’association centrale des laiteries, différencie entre la contractualisation dans les coops et celles des entreprises privées.

Lire la suite du dossier complet dans notre édition du 5 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).