L'Agriculteur Charentais 23 janvier 2014 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Loi d’Avenir - Semer les graines du changement par la loi

Le projet de loi est passé sous l’analyse de l’Assemblée nationale. Discussions et amendements ne changent pas le fond de la loi.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Assemblée Nationale

Le projet de loi d’avenir pour l’agriculture a été adopté en première lecture par l’Assemblée nationale, mardi 14 janvier. La loi institutionnalise le principe de l’agro-écologie, qui vise à marier «performances économiques et environnementales.» Sans être révolutionnaire, le texte donne une nouvelle orientation à l’agriculture française. Le texte de cette évolution voulue par Stéphane Le Foll sera examiné au Sénat en avril.
Le vote a réuni les voix PS, Radicaux, Verts et Front de gauche (559 votants, 537 exprimés, 332 pour, 205 contre. l’UMP a voté contre, l’UDI, au centre, s’est abstenue).
Certes, la loi d’Avenir agricole ne changera pas d’un coup de baguette magique ni les pratiques agricoles, ni le quotidien des paysans français. Stéphane le Foll restera t-il dans l’histoire comme celui qui a impulsé une évolution majeure dans le monde agricole français, comme a pu le faire Edgard Pisani en 1961 ? La FNSEA en doute, estimant que le projet «ne répond pas complètement aux préoccupations et aux attentes des agriculteurs.» Christiane Lambert, vice-présidente du syndicat, estime que l’agro-écologie n’aurait pas due en être le sujet central : «On a l’impression que le ministre découvre l’agro-écologie, alors que depuis vingt ans, les agriculteurs sont sur ces problématiques-là : il y a déjà eu une réelle évolution des pratiques et des conduites d’exploitations.» Une vraie loi d’Avenir, selon elle, se serait évertuée à gommer les distorsions de concurrence qui existent avec les autres pays.

Lire le dossier complet avec ce que les députés ont amendé dans le projet de loi dans notre édiiton du vendredi 24 janvier 2014

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
444 M€
444 millions d’euros qui avaient été prélevés sur les paiements directs de la PAC, en prévision de la réserve de crise pour 2018, vont être remboursés aux agriculteurs européens, a annoncé la Commission européenne fin novembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui