L'Agriculteur Charentais 02 janvier 2014 à 08h00 | Par R.A.

LOI - La réforme des retraites est adoptée

La loi «garantissant l’avenir et la justice du système de retraites» a été adoptée définitivement le 18 décembre à l’Assemblée nationale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

«C’est une réforme de gauche qui va marquer durablement notre pays », a déclaré la ministre de la Santé, Marisol Touraine, peu avant le vote.
1 - Allongement de la durée de cotisationLes règles de calcul restent inchangées d’ici 2020. À partir de 2020, le texte prévoit une poursuite progressive de l’allongement de cotisation jusqu’à 43 ans – soit 172 trimestres – d’ici à 2035, pour une retraite à taux plein.
2 - Hausse des cotisationsLes cotisations seront progressivement augmentées jusqu’en 2017 : 0,15 point en 2014 et 0,05 point pour les années suivantes. La hausse atteindra alors 0,3 point pour la part salariale comme pour la part patronale, ce qui correspond à une hausse de prélèvement de 0,6 point sur un salaire brut.
- Création du compte pénibilitéLe «compte personnel de prévention de la pénibilité» sera créé à partir du 1er janvier 2015. Les points cumulés dans ce compte-temps seront utilisés en partie pour une formation de reconversion professionnelle mais surtout pour un droit à un temps partiel payé à plein temps ou à une retraite anticipée, dans la limite de deux ans.- Revalorisation des petites pensions des non-salariés agricolesLe projet de loi de la réforme des retraites consacre un volet à la revalorisation des petites pensions des non-salariés agricoles. En particulier, il prévoit un complément différentiel de retraite complémentaire. Ce complément permettra de porter la retraite minimale des exploitants à 73% du Smic en 2015, 74% en 2016 et enfin, 75% en 2017. La mesure s’applique à l’ensemble des retraités du régime, quelle que soit la date de liquidation de leur pension. Au total, 238 000 exploitants devraient être concernés, en 2015, par la mesure.Des points gratuits vont en outre être attribués aux conjoints collaborateurs et aux aides familiaux, y compris ceux à la retraite. Environ 557 000 personnes devraient être concernés par ce point. Le texte permet également la réversion de la RCO (Retraite complémentaire obligatoire) aux conjoints survivants, même si l’agriculteur n’avait pas liquidé ses droits à la retraite avant son décès. Les conjoints collaborateurs ne sont plus affiliés par ailleurs à la MSA en cas de décès, de divorce ou de départ à la retraite du chef d’exploitation. Le projet de loi leur donne la possibilité de continuer à cotiser (et donc à acquérir des droits à la retraite) même dans ces trois cas de figure

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui