L'Agriculteur Charentais 26 mars 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Loi sur la biodiversité : Intérêt pour le fond, difficultés sur la forme de la gouvernance

L’Assemblée nationale a commencé à recadrer le projet de loi. Quelques «détails» de grande importance.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

La biodiversité, nous en sommes acteurs et tributaires. C’est ainsi que la ministre de l’Ecologie définit le mouvement qu’elle impulse autour du thème depuis quelques mois. Dernier épisode en date, celui du projet de loi éponyme à l’Assemblée nationale. «Pour la première fois depuis quarante ans, la loi biodiversité crée les conditions pour assurer l’avenir de ce qui nous est le plus précieux : le vivant.» ajoute Ségolène Royal. Elle veut en finir «avec la violence faite à la nature» et le plan Biodiversité ratisse large. L’idée est de partir de la «solidarité écologique» sur la base de «principes fondamentaux» : c’est la notion qu’aucun milieu n’existe ne lui-même et que l’interdépendance est une base. Second principe : «éviter, réduire, compenser» dans tous les projets. Trois mots lourds de sens. Ségolène Royal veut introduire la notion de «vision dynamique» de la biodiversité, où on connaît, où l’on innove, où l’on protège les continuités écologiques. Et c’est naturellement la Région qui pilote. On va donc généralisé les évaluations des bénéfices des écosystèmes. On vient de créer le centre européen d’excellence en biométrie de Senlis, 350 chercheurs. Le conseil national de protection de la nature devient l’instance d’expertise scientifique et technique du ministère.

Lire la suite dans notre édition du 27 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui