L'Agriculteur Charentais 11 mai 2017 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Lutter contre les déserts médicaux

Le Département propose une aide incitative aux futur(e)s médecins pour s’installer en milieu rural.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Agriculteur charentais

Le sourire de Loïc Denat, étudiant en première année du 3ème cycle à la faculté de médecine de Poitiers laisse présager un avenir serein quant à son installation. Il a signé, jeudi dernier, avec Corinne Imbert, vice-présidente du Département,  une convention  d’engagement réciproque. Il s’agit pour le Conseil départemental d’aider via une bourse d’études pour les étudiants de médecin en 3ème cycle. En contre-partie, le futur médecin s’engage à s’installer pendant quatre ans, sur une zone correspondant aux besoins. «Ce dispositif est une aide à l’installation. Il a été mis en place depuis 2011. En 2016, un crédit de 100 000 euros a été réservé à ce dispositif. C’est la 13ème convention que nous signons.» se réjouit Corinne Imbert. Ainsi 11 étudiants ont adhéré à ce dispositif et deux médecins se sont installés, l’un à Matha et l’autre à Archiac. L’aide est de 800 E par mois pour la première année, 1100 E pour la seconde et 1600  E par mois pour la troisième année. Pour elle, cette désertification médicale est une question d’aménagement du territoire au niveau du département et au niveau national.

 

lire la suite dans notre édition papier du 5 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui