L'Agriculteur Charentais 29 mars 2018 à 10h00 | Par Daniel Colin

Machinisme : Contrôler pour maintenir son bon état de fonctionnement

Le pulvérisateur est un appareil de précision dans lequel passe beaucoup d’argent. Le contrôle est un moment privilégié pour détecter les dysfonctionnements.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Si les fuites ne doivent pas exister, il faut aussi bien choisir et entretenir les buses qui doivent être bien réglées.
Si les fuites ne doivent pas exister, il faut aussi bien choisir et entretenir les buses qui doivent être bien réglées. - © DC

Les fuites sur un pulvérisateur ne devraient pas exister. Il faut être intransigeant, il faut que cela soit tout de suite réparé. Elles sont sources de pollution et de gaspillage de produit et de mauvaise image. Leur origine, mis à part le vieillissement est souvent lié à une mise hors gel mal faite. L’incorporation du liquide d’hivernage doit se faire par l’incorporateur en faisant fonctionner le rinçage du bac et le rince-bidon. Ensuite, il faut manœuvrer toutes les vannes de rinçage, et toutes les vannes de tronçons pour que les circuits de retour soient protégés. La mise hors gel avec de la solution azotée peut fragiliser certains organes (portes jets, …) et est très corrosif.

Lire la suite dans notre édition papier du 30 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui