L'Agriculteur Charentais 17 novembre 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Machinisme : Le marché du machinisme dans le creux de vague

Passe difficile pour les distributeurs : crises agricoles, taux d’équipements, fiscalité changeante.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
«Nous voulons travailler avec des clients qui gagnent leur vie. L’année où leurs revenus sont moindres, nous gagnons moins…» explique Olivier Ballanger à ses équipes.
«Nous voulons travailler avec des clients qui gagnent leur vie. L’année où leurs revenus sont moindres, nous gagnons moins…» explique Olivier Ballanger à ses équipes. - © AC

Olivier Ballanger est le représentant régional des distributeurs et siège ainsi au Sedima. Aujourd’hui, la «crise agricole » est bien présente, mais il la requalifie : «c’est une somme de crises, des chutes de rendements sur toutes les cultures, de marchés, de prix, de retards d’aides. L’année ne nous a rien épargné, même jusqu’à la sécheresse de l’automne. L’aléa météo est cruel pour nos clients.» Il met aussi en avant les «contrecoups» du dispositif fiscal Pinel pour les exploitations (valable jusqu’au printemps prochain) : certains ont acheté par anticipation, et du fait de la mauvaise année, peu de ventes. «Ce que nous avons vendu, nous l’avons vendu l’an dernier ! » Cette appréciation demande à être modulée par département et par secteurs d’activités. «Les secteurs de grandes cultures sont très impactés dans nos départements. Les agriculteurs savent déjà que l’année qu’ils vont clôturer, sera tendue en trésoreries. Certains sont en difficulté financière, y compris dans certaines fermes où l’on a jamais parlé de difficultés.» Ce sont plus que des décalages de trésorerie. «Il y a une vraie réalité de la crise, pas un «état d’esprit» comme on peut l’entendre dire !»

Lire la suite dans l’édition papier du 11 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.