L'Agriculteur Charentais 18 janvier 2018 à 08h00 | Par Guillaume de Werbier

Magasins de producteurs, Pour une meilleure structuration

Une rencontre nationale s’est tenue en début de semaine à Poitiers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En France, environ 67 000 producteurs commercialisent tout ou partie de leur production en circuit court et près de 10 % d’entre eux ont fait le choix de créer des magasins de producteurs ou de s’y impliquer.
En France, environ 67 000 producteurs commercialisent tout ou partie de leur production en circuit court et près de 10 % d’entre eux ont fait le choix de créer des magasins de producteurs ou de s’y impliquer. - © VR

Les circuits courts séduisent de plus en plus d’agriculteurs, tout comme ils intéressent de plus en plus de consommateurs séduits par l’idée d’acheter des produits frais, issus d’exploitations agricoles situées à proximité de chez eux, ou encore de participer à l’économie locale… C’est dans ce contexte que le nombre de magasins de producteurs ne cesse d’augmenter  : «Les plus anciens points de vente gérés collectivement par des producteurs se trouvent dans la région Rhône-Alpes. Les plus vieux ont 30 ans», précise Laurence Rouher, de l’association de formation et d’information des paysans et des ruraux (Afipar).

Lire la suite dans notre édition papier du 19 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.