L'Agriculteur Charentais 05 avril 2013 à 16h31 | Par Laurence GUILEMIN

MAGAZINE - Se surpasser pour les autres

L’ex-agriculteur, de Boisseuil, près de Surgères, Joël Bessaguet participe du 5 au 15 avril, au Marathon des Sables dans le sud Maroc, pour l’association «Les papillons de Charcot».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Joël Bessaguet, Willy Berthomé, Thierry Cassegrain, Carole Perrouault, Isabelle Cassegrain participent au Marathon des Sables.
De gauche à droite : Joël Bessaguet, Willy Berthomé, Thierry Cassegrain, Carole Perrouault, Isabelle Cassegrain participent au Marathon des Sables. - © A-C

Dossard 396. C’est avec ce numéro que Joël Bessaguet participe à partir de ce vendredi et jusqu’au 15 avril, au 28ème Marathon des Sables, dans le sud Maroc. Pendant six jours (du 7 au 12 avril), il va parcourir 250 kms, et porter les couleurs de l’association «Les papillons de Charcot» dont le but est de faire connaître et reconnaître une maladie orpheline, la sclérose latérale amyotrophique. «Dans le département, nous avons créé une association, «Courir pour les autres 17» pour soutenir cette association nationale

Nous mettons nos muscles au service de cette cause» explique Joël Bessaguet, en toute humilité. Une première participation à cette course, pour ce retraité du monde agricole, mais un habitué des grands rendez-vous puisqu’il a participé à la «Diagonale des fous» sur l’Île de la Réunion, en 2008 et par la suite «aux 48 heures pédestres de Surgères». «Tous les deux ans, je me lance un nouveau défi.» Ce Marathon des Sables, voilà un an qu’il le prépare. «Le budget est assez lourd. Nous avons sollicité des partenaires.» Beaucoup ont répondu par l’affirmative, à l’image de la Sica Atlantique, de la Coop Terre atlantique, Groupama... 1100 concurrents de 50 nationalités participent à cette édition. Une aventure pour laquelle, chaque coureur est en autosuffisance alimentaire. Chaque jour, douze litres d’eau lui seront donnés pour se désaltérer, cuisiner, se laver. Sable mouvant, rocaille, relief, tempête de sable, sac à dos de 8 kg, des étapes de 30-40-80 kms par jour. «Psychologiquement il faut se préparer longtemps à l’avance. C’est un retour sur la nature, sur soi. Le b.a.ba est de poser ses objectifs. Ma vie d’agriculteur me l’a appris. Vous devez avoir des rêves. Cette phrase, je l’ai entendue lors de rencontres à des réunions agricoles avec des formateurs» explique avec simplicité et sincérité Joël Bessaguet, qui fut président de la Bienvenue à la Ferme, du Ceimpas, vice-président du CER. Une force aussi qu’il puisera dans les vicissitudes de sa vie. «Mon but est de terminer la course. Penser aux malades et aller toujours plus loin dans le dépassement de soi.» Nul doute que combativité, courage, ténacité seront les mots qui résonneront chez Joël Bessaguet, un homme altruiste.

www.lespapillonsdecharcot.com

www.courirpourlesautres17.com

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
- 10 %
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c’est-et pomme de terre industrielle.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui