L'Agriculteur Charentais 19 mars 2015 à 08h00 | Par Arvalis/Agpm

Maïs : Choisir sa stratégie de désherbage

Le choix de la stratégie de désherbage doit se baser sur la complexit de la flore.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L’extrême diversité des flores rencontrées demeure une des caractéristiques des cultures de maïs. A l’échelle de la région, cette diversité trouve sa source dans des milieux pédoclimatiques et des systèmes de culture très divers.Du fait de sa grande sensibilité à la concurrence, la maîtrise des adventices doit être optimale. De même, pour cette plante à faible densité hectare, l’exigence de sélectivité et de respect des peuplements est très importante.Dans une approche globale, la stratégie est basée sur la complexité de la flore attendue. D’autres critères interviennent comme la souplesse pour les passages à différents stades (type de sol, conditions climatiques…), la disponibilité de l’agriculteur, sa connaissance de la flore attendue, les possibilités de rattrapages, les objectifs en matière de rapport coût - efficacité…Plusieurs innovations sont mises à disposition des agriculteurs depuis plusieurs années, en particulier pour la gestion des dicotylédones.

Chloroacetamides : pilier du désherbage de pré-levée
La diversité de ces herbicides fournit un large choix de solutions de désherbage raisonné du maïs, particulièrement après l’interdiction de l’usage de l’atrazine en France. Les chloroacétamides sont le pilier du désherbage avant la levée du maïs. Cette famille renferme la plupart des substances actives efficaces contre les graminées. Le s-métolachlore et le dmtap sont les produits leader de cette famille.Le contexte européen et particulièrement français, qui consiste à promouvoir des pratiques de protection des plantes à la fois efficace et durable, nécessite de pouvoir compter sur toutes les familles chimiques disponibles dans le désherbage du maïs.

Lire la suite et voir les tableaux de la flore dans notre édition du 20 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui