L'Agriculteur Charentais 03 octobre 2013 à 11h28 | Par Christelle Picaud

Maïs - le rendement passe-t-il par l'innovation ?

270 producteurs de maïs de Poitou-Charentes, Vendée ont visité la plate-forme Dekalb.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Agri 79

«La génétique de la gamme DK Optim’eau est le résultat d’un travail de sélection conduit sur des variétés d’Europe de l’Est. Le climat continental de ces régions du monde se caractérise par des écarts de températures très importants. La culture du maïs doit se satisfaire de période de stress hydrique important », expliquent Alexandre Weil et Olivier Soulié, respectivement directeurs des régions commerciales Nord et Sud de la France de l’entreprise Monsanto.Ce jeudi 19 septembre, à Chauray (79), le semencier organisait une visite de la plate-forme d’essais conduite depuis le printemps sur l’exploitation de Xavier Cornuault. Consacrée à l’innovation, celle-ci présentait les gammes de produit de la marque Dekalb. «Mais pas seulement. Notre ambition était de présenter plus que les produits que nous commercialisons», notent les organisateurs. La culture du maïs fait appel à de nombreuses compétences. De l’agronomie, à l’irrigation en passant par la densité des semis, la gestion des traitements, la conduite azotée, nombreuses sont les étapes qui influencent le résultat final…


Lire les explications techniques dans notre édition du 4 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui