L'Agriculteur Charentais 10 octobre 2013 à 10h37 | Par A.M.

Maladie - Flavescence dorée : prospectez, prospectez !

Prospection des vignes et arrachage des pieds infectés restent les seules solutions pour stopper l’avancée de la maladie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Laetitia Sicaud, animatrice de la Fredon Poitou-Charentes, a montré les symptômes de la flavescence dorée sur une parcelle à Rouffiac.
Laetitia Sicaud, animatrice de la Fredon Poitou-Charentes, a montré les symptômes de la flavescence dorée sur une parcelle à Rouffiac. - © nc

Même si le meilleur moment pour prospecter se situe avant les vendanges pour avoir ainsi un matériel végétal en bon état pour les analyses, il n’est jamais trop tard pour le faire selon Laetitia Sicaud, animatrice à l’antenne de Cognac de la Fredon Poitou-Charentes. De l’aoûtement jusqu’aux gelées, les symptômes de la flavescence dorée sont visibles : les feuilles jaunissent et s’enroulent, certains rameaux restent verts avec une absence d’aoûtement, certaines grappes dessèchent ou les bais flétrissent. Il suffit d’inspecter les rangs pour les observer.Lors d’une réunion d’information organisée à Cherves-Richemont le 25 septembre, la technicienne a exposé les caractéristiques et le mode de lutte contre la maladie devant un public bien dégarni. Pourtant, la maladie ne cesse de gagner du terrain dans le vignoble charentais depuis la découverte des premiers foyers en 1998. Au point que depuis l’an dernier des fiches de prospection sont envoyées aux viticulteurs afin d’identifier plus précisément les zones touchées avec un périmètre de lutte obligatoire couvrant 54500 ha, les deux tiers du vignoble.

Lire la suite dans notre édition du 11 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui