L'Agriculteur Charentais 30 janvier 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Maladies de la vigne - Piéger les porteurs de virus pour être clean

Les greffons et les porte-greffes peuvent présenter un risque à leur introduction. Comment y remédier ? Réponse d’un laboratoire rochelais.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Symptômes d’enroulement viral.
Symptômes d’enroulement viral. - © lca

A l’heure où l’on parle de replanter des vignes de la région délimitée ou de replacer les ceps manquants dans les rangs, la récente publication du laboratoire LCA est intéressante à plus d’un titre. Greffons et porte-greffes transmettraient à leur descendance les qualités pour lesquelles ils ont été achetés, mais dans le lot aussi les agents pathogènes «lorsqu’ils en sont eux-mêmes porteurs.» LCA mène l’enquête sur des virus bien spécifiques : le virus Vitiféra et ceux de la virose de la vigne. Dans un article didactique, le laboratoire rochelais classe les virus en plusieurs classes : les népovirus, sphérique, transmis à la vigne par les nématodes du sol. Ils occasionnent la dégénérescence de la vigne, via le court noué. Ils ont pour jolis noms l’Arabis mosaic virus et le Grapevine Fan leaf virus. Viennent ensuite les Clostérovirus et les Ampelovirus, «longues particules filamenteuses et flexeuses», que des insectes aériens véhiculent. Sacrées cochenilles ! Les symptômes sont clairs : enroulement foliaire.

Lire la suite dans notre édition du 31 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.