L'Agriculteur Charentais 16 octobre 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Manifestation : Qu’adviendra-t-il des chambres consulaires ?

Baisse drastique des financements et des ressources égale coupes sombres dans les activités.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Décidément la ponction sur les chambres consulaires est un sport à la mode. Et c’est pour protester contre cet état de fait, opéré par le Gouvernement, que les élus et les salariés des deux CCI de Charente-Maritime et ceux de la Chambre d’agriculture avaient décidé de «sensibiliser» aux entrées de La Rochelle, jeudi matin et d’aller protester devant la préfecture où une délégation a été reçue. Point de départ de la «grogne» des CCI, le projet de loi de finances 2014, présenté en Conseil des ministres le 25 septembre dernier. Il s’appuie sur une prévision de croissance de 0,9 % en 2014 et table sur 15 Md€ d’économies et 3 Md€ de prélèvements nouveaux. La réduction des dépenses publiques constituera 80 % de l’effort consenti en 2014. Soit. Mais il faut lire l’article 34, «Contribution des chambres de commerce et d’industrie à l’effort de rétablissement des comptes publics et rétrocession aux entreprises de la baisse du plafond de leurs taxes affectées». Et là rien ne va plus. Selon la CCI de la Rochelle ou celle de Rochefort-Saintonge, «le gouvernement veut priver les Chambres de commerce et d’industrie (CCI)  de 37 % de leurs ressources fiscales en 3 ans, 17 % l’an prochain, après une baisse de 20 % en 2014… Sans diminuer d’autant les cotisations !» L’incidence est suffisamment grave pour étayer un scénario catastrophe :  arrêt des activités de formation au CFA commerce de Saintes (plus de 600 apprentis), à l’IEQT et à l’ISAAP (60 étudiants en alternance) et ses stages de formation continue, fermer les cinq antennes de proximité de la CCI Rochefort et Saintonge  à Jonzac, Rochefort, Royan, Saintes et Saint-Jean-d’Angély, licencier une centaine de salariés des deux CCI, fermer l’aéroport de La Rochelle (plus de 200 000 passagers en 2013), diminuer, voire supprimer, l’accueil des créateurs d’entreprise, les actions de soutien au développement des entreprises, arrêt du développement de Sup de Co La Rochelle (3 000 étudiants à la rentrée 2014). Une réduction que les chambres consulaires estiment inacceptable, d’autant que l’an prochain, l’Etat pourrait aussi prélever arbitrairement près de 13 M€ dans les fonds de réserve des deux CCI charentaises maritimes, avant le 15 mars prochain. «Ces fonds de réserve devaient servir des investissements utiles à l’économie locale (aéroport de La Rochelle, établissements de formation, centre de formation des apprentis, zones d’aménagement pour les entreprises, fonds d’aide au développement des entreprises…» maintient-on du côté des CCI.

Lire la suite dans notre édition 17 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
-73 %
Selon les derniers chiffres de FranceAgriMer, les transactions de vrac vin de France (SIG) avec mention de cépage en blancs, pour la région Charentes-Cognac (+1 %) se montait à 3 Mhl depuis le début de la campagne, soit -73 % par rapport à 2016-2017, sur un total français de 334 Mhl. Les transactions de vrac IGP en 2017-2018 s’élèvent en blanc à 1651 Mhl (+9 %)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui