L'Agriculteur Charentais 29 juin 2017 à 08h00 | Par FDC 17

Mares de tonnes

L’observatoire créé par la fédération des chasseurs amène de l’eau au moulin dans les débats régionaux sur la gestion de la ressource.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les niveaux d’eau enregistrés au moment de la fermeture des ouvrages à la mer permettent d’évaluer les volumes nécessaires pour le remplissage des mares en période  estivale
Les niveaux d’eau enregistrés au moment de la fermeture des ouvrages à la mer permettent d’évaluer les volumes nécessaires pour le remplissage des mares en période estivale - © FDC17

Le 14 juin dernier s’est tenue à Poitiers une des quatre réunions de concertation organisée par la Région avec les acteurs de l’eau sur la thématique «Quelle future stratégie de l’eau pour la Région Nouvelle Aquitaine ?»
Cette journée s’est articulée autour de séances collectives et de temps de travail en sous groupes afin d’identifier les enjeux de la gestion de l’eau et des milieux aquatiques, les objectifs de gestion et les compétences des acteurs de l’eau. D’une manière générale il est ressorti qu’il régnait une forte tension entre les usagers de l’eau, plus particulièrement dans les départements côtiers, avec un risque d’augmentation de ces tensions du fait des effets du réchauffement climatique.

Lire la suite dans notre édition papier du 30 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui