L'Agriculteur Charentais 13 novembre 2014 à 08h00 | Par Alexandre Merlingeas

Martell : Construire l’avenir avec ambition !

Le prix des vins achetés aux livreurs de l’UVPC sera revalorisé de + 2 % en 2014. Malgré un chiffre d’affaires en recul entre juillet 2013 et juin 2014, les ventes de la marque repartent à la hausse en volume.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © VC

«Ensemble, construisons pour transmettre». C’est avec ce genre de slogan accrocheur que les dirigeants de Martell ont décidé de convaincre leurs livreurs de croire en l’avenir le 23 octobre dernier lors de l’assemblée générale de l’UVPC à la distillerie de Gallienne à Javrezac. Avec toujours l’idée ambitieuse derrière la tête de doubler le nombre de bouteilles vendues par la marque d’ici 10 ans ! «On croit au développement de la catégorie, a signifié Jean-Marc Morel, directeur général délégué. 100 millions d’euros ont été investis en cinq ans dans des chais et la ligne d’embouteillage de Lignières». Quant au partenariat avec les viticulteurs, il est fondamental. Si la maison célèbre son tricentenaire en 2015, elle le doit à ce partenariat fort quelle aimerait bien poursuivre encore 300 ans de plus ! «Nous avons un destin commun», insiste Jean-Marc Morel. 

Prix des vins : + 2 %
Au grand jeu annuel inter-négoce des annonces des prix payés à la viticulture, Martell est la première à sortir son chéquier. Après trois années d’une augmentation des prix des vins et eaux-de-vie entre 6 % et 10 %, le prix des vins sera revalorisé de 2 % pour la campagne 2014-2015. «Nous avons une inflation modérée avec une hausse du coût de production des viticulteurs de + 1,1 % dans un contexte commercial compliqué, a expliqué le directeur général. Nous faisons cette augmentation pour que les viticulteurs continuent à investir et à renouveler leur vignoble ».

Lire la suite dans notre édition du 14 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui