L'Agriculteur Charentais 27 avril 2017 à 08h00 | Par Fabienne Lebon

Martell : La viticulture durable poussée jusqu’à la recherche variétale

La maison s’est engagée dans une recherche sur la création variétale de cépages résistants au mildiou et à l’oïdium.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les premiers plants dévoilés par les partenaires du programme de création variétale.
Les premiers plants dévoilés par les partenaires du programme de création variétale. - © vc

Premiers - et uniques - chais certifiés de haute qualité environnementale de la région délimitée, cordons bleus de l’alambic réunis sur le thème de la viticulture durable (lire ci-dessous), lancement d’un programme de création variétale… Martell & Co multiplie les actions pour repeindre sa maison en vert. Pour ce dernier événement, qui s’est tenu le mercredi 12 avril dans la distillerie de Gallienne à Javrezac, Pierre Joncourt, directeur des opérations, a accueilli les partenaires de ce programme de recherche au long cours : Inra, Institut français de la vigne et du vin, Conservatoire du vignoble charentais et BNIC. Ses représentants ont, au propre comme au figuré, levé le voile sur les premiers résultats, symbolisés par des plants issus de croisements. Pas de miracle de la science pour autant : la recherche n’en est qu’à ses balbutiements et ce programme, qui cherche notamment à déterminer «le cépage idéal», ne devrait déboucher sur de premières parcelles expérimentales qu’en 2023.

Lire la suite dans l’édition papier du 21 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui