L'Agriculteur Charentais 03 mars 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Mesures : Baisse des charges de 10 points

Manuel Valls a annoncé une série de nouvelles dispositions pour permettre à l’agriculture de passer le cap.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
«Le gouvernement entend les demandes des éleveurs.»
«Le gouvernement entend les demandes des éleveurs.» - © X.Remongis/Mini. Agri.fr

Tout était contenu dans la déclaration que Manuel Valls a faite à l’Assemblée nationale, en réponse à une question téléguidée de Germinal Peiro. Outre les louages sur les vertus de l’agriculture française, le Premier ministre a surtout montré que Bruxelles trainait des pieds. 63 M€ pour la France d’aides européennes. «Nous entendons les demandes des éleveurs : les prix, des baisses de charges et moins de normes. Le Gouvernement ne peut pas fixer les prix, mais peut agir vis-à-vis de ceux qui conduisent actuellement les négociations commerciales.» Après avoir reçu la GMS, il affirme que rien ne justifie une baisse des prix. Il a annoncé des sanctions par les DGCCRF, via la loi Sapin 2. «J’attends des signaux concrets prouvant leur volonté d’enrayer la baisse des prix.» Dans la lignée de François Hollande, il a confirmé une baisse des charges sociales «qui doit intervenir sans délai pour tous les agriculteurs. Via un décret, 7 points de baisse sur la cotisation maladie «supérieur au CICE» cumulable avec la baisse de 3 points des cotisations familles en vigueur depuis le 1er janvier dans le pacte responsabilité. Coût : 500 M€. 730 M€ selon Manuel Valls depuis le début de la crise. Il y ajoute pour les agriculteurs qui auraient dégagé en 2015 un revenu très faible (moins de 4184 €), ou qui n’auraient pas eu de revenus, une «année blanche» sociale par report automatique d’un an, reconductible dans la limite de 3 ans, sans aucune démarche de l’agriculteur, sans pénalités ni intérêts de retard, de toutes les cotisations de l’année 2016.
Juste avant, le Premier ministre avait reçu Xavier Beulin et Thomas Diemer (JA). Manuel Valls a confirmé le dépôt d’un mémorandum à Bruxelles et pousse pour une position sur l’étiquetage des produits transformés. Il a aussi annoncé le prolongement de l’année blanche jusqu’au 30 juin 2016, la mise en place de référentiel de branches sur la pénibilité, l’exonération des salariés de moins de 3 mois du régime collectif de la complémentaire santé, la remise à plat de l’indicateur NODU et 30 M€ pour l’accompagnement dans Ecophyto. Par contre, face aux demandes de la FNSEA et de JA sur les retenues pour amender l’instruction des financements, Manuel Valls a répondu que les discussions étaient en cours au niveau interministériel. Les seuils d’autorisations pour les vaches laitières et les bovins pourraient passer de 400 à 800 emplacements et le contrôle périodique pourrait être supprimé. Mais ce ne sont que des réponses reçues à Matignon. Il faut attendre la réalité dans les faits.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
3 656 élèves
Les 30 maisons familiales et rurales du Poitou-Charentes ont accueilli en 2015 pas moins de 3656 élèves en formation initiale scolaire du ministère de l’Agriculture (soit 47,5 % des effectifs de l’enseignement agricole de la région). Un effectif qui est en légère diminution: 55 élèves de moins. Une chute qui se matérialise pour au moins 4 associations par une perte de plusieurs dizaines d’élèves. Le contexte économique des territoires concernés peut être une des causes. En revanche , les chiffres concernant la formation continue progressent, avec 2532 stagiaires formés en 2015 sur 27 MFR.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui