L'Agriculteur Charentais 15 mai 2015 à 08h00 | Par EH

Michel Sinoir, à la tête de la Draaf

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © EH

Depuis lundi, l'agriculture Picto-Charentaise compte un nouveau DRAAF. Après la nomination de Philippe De Guénin en Bretagne, c'est Michel Sinoir qui a pris ses fonctions de directeur régional de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt. Arrivé de Lorraine, (où il était DRAAF) Michel Sinoir connaît déjà la région, puisque sa mère est Charentaise. « Le dossier majeur dans les prochains mois, c'est bien sûr la réforme territoriale » explique-t-il. Alors qu'une DRAAF unique sera créée dans la future grande région, il ajoute que la future organisation ne « perdra pas la présence locale ». Chaque préfet préfigurateur doit rendre un macro-organigramme au gouvernement avant le 30 juin. En juillet, l'arbitrage gouvernemental fixera le siège de la nouvelle DRAAF, mais les deux autres sites devraient conserver leur implantation. Une organisation « multi-sites, avec les 3 sites DRAAF actuels, pour tenir compte des bassins de production, qui ne correspondent pas aux frontières de cette grande région. Il faudra à la fois avoir un pilotage stratégique régional et maintenir la proximité ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui