L'Agriculteur Charentais 15 mai 2015 à 08h00 | Par EH

Michel Sinoir, à la tête de la Draaf

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © EH

Depuis lundi, l'agriculture Picto-Charentaise compte un nouveau DRAAF. Après la nomination de Philippe De Guénin en Bretagne, c'est Michel Sinoir qui a pris ses fonctions de directeur régional de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt. Arrivé de Lorraine, (où il était DRAAF) Michel Sinoir connaît déjà la région, puisque sa mère est Charentaise. « Le dossier majeur dans les prochains mois, c'est bien sûr la réforme territoriale » explique-t-il. Alors qu'une DRAAF unique sera créée dans la future grande région, il ajoute que la future organisation ne « perdra pas la présence locale ». Chaque préfet préfigurateur doit rendre un macro-organigramme au gouvernement avant le 30 juin. En juillet, l'arbitrage gouvernemental fixera le siège de la nouvelle DRAAF, mais les deux autres sites devraient conserver leur implantation. Une organisation « multi-sites, avec les 3 sites DRAAF actuels, pour tenir compte des bassins de production, qui ne correspondent pas aux frontières de cette grande région. Il faudra à la fois avoir un pilotage stratégique régional et maintenir la proximité ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Il s’agit de la quantité de blé tendre attendue à l’issue de la moisson 2018, proche de celle de l’an dernier et légèrement supérieure à la moyenne de la période 2013/2017. Le blé dur, en revanche devrait voir sa production baisser de 12,2 %, en raison d’un rendement passant de 55,9 à 51,8 qx et d’une baisse des surfaces cultivées.