L'Agriculteur Charentais 23 mars 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Mildiou, Oïdium, pourriture grise : Limiter les risques de résistances

Prophylaxie et qualité de pulvérisation, une nécessité pour améliorer la stratégie de protection du vignoble.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © New Holland

En janvier dernier, sortait une note technique sur la gestion de la résistance 2017. Note annuelle, qui replace la «stratégie» préventive. Les résistances ne font plus qu’apparaître, elles sont une réalité. «Les recommandations de la note se basent d’une part sur la connaissance du statut des résistances dans les populations (fréquence des résistances, vignobles concernés, pertes d’efficacité éventuelle observées dans les essais) et d’autre part sur la connaissance des mécanismes de résistance et les caractéristiques des souches résistantes (niveau de résistance, spectre de résistance croisée notamment).» Ces préconisations viennent d’un plan de surveillance de la résistance aux produits phytosanitaires et d’un grand nombre d’observateurs-techniciens du monde viticole. Mildiou, oïdium et pourriture grise font donc l’objet d’une attention toute particulière. Dans les préconisations (voir sur notre site internet www.agriculteur-charentais.fr) «il s’agit de limiter, voire stopper la progression d’une résistance récemment détectée, ou optimiser l’efficacité au terrain des modes d’action pour les résistances établies.»

Lire la suite dans notre édition papier du 17 mars

Des mesures prophylactiques

- La limitation de la vigueur par le raisonnement, dès l'implantation de la vigne, du choix d’un porte-greffe adapté, et éventuellement du cépage et du clone. Sur une vigne en production, la vigueur peut se maîtriser par la diminution des apports (notamment azotés) et par l’enherbement permanent (spontané ou maîtrisé) : en fonction des possibilités techniques et de la diminution de vigueur recherchée, la largeur de la bande enherbée pourra être modulée.
- Des rognages raisonnés pour éliminer la jeune végétation (très sensible au mildiou) et permettre une meilleure pénétration de la bouillie lors de la pulvérisation, améliorant ainsi l'efficacité de la protection.
En ce qui concerne plus spécifiquement le mildiou, il convient en outre :
- d’éviter la formation de mouillères en favorisant l’élimination des excès d’eau,
- d’éliminer tous les rejets (pampres à la base des souches, plantules issues de la germination de pépins,…) qui favorisent l'installation des foyers primaires de mildiou et participent au démarrage précoce de l'épidémie.
En ce qui concerne plus spécifiquement la pourriture grise, la prophylaxie doit s’appliquer, quel que soit le risque parcellaire.
En cas de risque faible, la prophylaxie rend souvent inutile l’application de traitements. Il convient de :
- bien aérer les grappes par une taille et un mode de palissage qui assurent une répartition homogène des grappes. L’ébourgeonnage, le rognage, l’effeuillage et, éventuellement, l’éclaircissage permettent d’éviter l’entassement de la végétation,
- limiter les blessures des baies par une maîtrise correcte des vers de la grappe et de l’oïdium lors de fortes pressions afin de diminuer les portes d’entrée du champignon dans les baies,
- limiter les blessures engendrées lors des opérations d’effeuillage en effectuant les réglages adéquats du matériel utilisé.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui