L'Agriculteur Charentais 21 novembre 2013 à 08h00 | Par Ludovic Vimond

Moiss'bat - La problématique des grandes largeurs

Les grandes largeurs, le vent latéral et le dévers poussent les constructeurs à trouver des solutions d’éparpillage des pailles à l’arrière des moissonneuses-batteuses.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au-delà de 9 mètres de large, des éparpilleurs rotatifs sont indispensables pour une bonne répartition des pailles.
Au-delà de 9 mètres de large, des éparpilleurs rotatifs sont indispensables pour une bonne répartition des pailles. - © claas

La tendance étant aux moissonneuses-batteuses puissantes et aux coupes larges, se pose la question de la qualité d’épandage des menues pailles et de la paille broyée à l’arrière des machines. Avec des coupes de 9 mètres et plus, il devient difficile d’étaler les résidus sur toute la largeur. À cela, s’ajoutent les dérives liées au vent latéral ou à la pente. Sans oublier qu’une moissonneuse-batteuse peut être équipée d’outils frontaux (coupe à céréales, cueilleur à maïs, coupe ou cueilleur à tournesol, etc.) de différentes largeurs. Certains utilisateurs souhaitent presser la paille de blé et d’orge et éparpiller les pailles de colza ou de maïs. Pour répondre à ces différentes configurations, les constructeurs proposent de nombreuses solutions d’épandage des pailles broyées et menues pailles. Pour les menues pailles, les disques éparpilleurs se sont généralisés sur les grosses moissonneuses-batteuses : selon leur vitesse de rotation, ils déposent les menues pailles en andain ou épandent sur une largeur réglable. Plusieurs constructeurs peuvent également renvoyer les menues pailles dans le circuit de la paille, juste avant le broyeur : une solution qui simplifie leur épandage mais encombre inutilement le broyeur.

Lire le dossier complet dans notre édition du 22 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

9 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
64 900
La filière Elevage et Viande participe à la vie du territoire néo-aquitain. Elle représente 64900 emplois (25 % des emplois français du secteur) soit : 42 300 pour le secteur de l'élevage ; 700 pour le secteur de la mise en marchés ; 4 000 pour le secteur de l'abattage et de la transformation et du commerce de gros ; 17 900 pour le secteur de la distribution (boucheries artisanales, supermarchés, restauration).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui