L'Agriculteur Charentais 19 novembre 2015 à 08h00 | Par Michel Portier

Moiss'Batt : La gestion des menues pailles

De nouveaux équipements dédiés à la gestion des menues pailles, encore à l’état de prototypes, ont fait leur premier pas l’été dernier. Le point sur cette pratique encore peu répandue.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Menu’Press de Thiérart assure la récupération et le pressage des menues pailles en balles rondes. L’ensemble tracté derrière la moiss’batt’ dispose de son propre moteur.
Le Menu’Press de Thiérart assure la récupération et le pressage des menues pailles en balles rondes. L’ensemble tracté derrière la moiss’batt’ dispose de son propre moteur. - © Thiérart

La récupération des menues pailles a deux avantages majeurs. Le premier est agronomique, en limitant les repousses de graines perdues et surtout d’adventices. Un moyen efficace pour optimiser la gestion du désherbage. Le second est économique en valorisant le potentiel de ces résidus de culture qui peuvent servir en élevage (alimentation ou paillage), pour alimenter un méthaniseur, leur pouvoir méthanogène étant très important.

Lire le dossier complet dans notre édition papier du 20 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.