L'Agriculteur Charentais 07 juillet 2016 à 08h00 | Par Michel Portier

Moiss'batt

Les moissonneuses-batteuses à battage axial ont évolué au fil des campagnes, afin de s’adapter aux conditions de récolte européennes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les moissonneuses-batteuses à battage axial sont désormais présentes sur l’ensemble du territoire, preuve de leur capacité d’adaptation.
Les moissonneuses-batteuses à battage axial sont désormais présentes sur l’ensemble du territoire, preuve de leur capacité d’adaptation. - © New Holland

Sous l’effet de la concurrence des machines hybrides et d’un besoin accru de performances, le marché des moissonneuses-batteuses à rotor axial s’est largement renouvelé ces cinq dernières années. Les trois principaux constructeurs (Case IH, New Holland et John Deere) ont fait évoluer leurs machines et ont étoffé leurs gammes dans le but d’asseoir leur présence sur le marché européen notamment. La base de la conception des machines axiales est restée la même, mais de nombreux ajustements ont permis de les rendre moins sensibles aux conditions de paille et de rendement, tout en gagnant en performances. Le centre névralgique reste le ou les rotors.

Lire la suite dans l'édition papier du 1er juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Il s’agit de la quantité de blé tendre attendue à l’issue de la moisson 2018, proche de celle de l’an dernier et légèrement supérieure à la moyenne de la période 2013/2017. Le blé dur, en revanche devrait voir sa production baisser de 12,2 %, en raison d’un rendement passant de 55,9 à 51,8 qx et d’une baisse des surfaces cultivées.