L'Agriculteur Charentais 28 novembre 2013 à 08h00 | Par Thierry Michel

MONDE - De la croissance limitée en vue… mais avec risques de turbulences

L’OCDE vient de publier une nouvelle livraison de ses perspectives économiques. Tour d’horizon global.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © OCDE

Sœur Anne, ne vois-tu rien venir ? Un peu comme dans le conte de Barbe-Bleue, les citoyens, les économistes, les politiques, les entrepreneurs, tout le monde désespèrent de voir la ligne d’horizon rester vide. Mais à défaut de soleil qui poudroie et d’herbe qui verdoie, les économistes de l’OCDE voient enfin quelque chose se préparer. Cela vient d’être formulé par Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE, lors de la présentation publique, il y a une dizaine de jours, des nouvelles perspectives économiques de la zone économique sous revue. « La reprise se confirme mais elle est lente, et des turbulences pourraient survenir » a-t-il déclaré.

Risques et turbulences
Dans cette publication, il est clair que la croissance économique repart mais avec une vigueur moindre que celle prévue dans les précédentes estimations. La faute aux économies émergentes, qui éprouvent quelque difficulté à tenir le rythme que l’on attendait d’elles.
L’OCDE insiste tout particulièrement sur le futur rôle des politiques publiques dans la réussite du redressement désormais amorcé de l’économie mondiale, mais loin d’être assuré. D’un côté, «les responsables de l’action publique doivent veiller à ce que l’instabilité des marchés de capitaux et les fragilités sous-jacentes de certaines grandes économies ne fassent pas dérailler la croissance». De l’autre, il y aura nécessité de sortir des politiques de soutien aux activités globales et à ce titre le rôle «accommodant» de la Banque centrale américaine sera capital. Tout le problème sera de savoir quand et comment diminuer puis supprimer ce soutien. Ceci est d’autant plus difficile qu’aux Etats-Unis, qui reste la première économie du monde et qui donne le la en matière d’économie en général, «le risque d’un nouvel affrontement politique sur les questions budgétaires persiste.» D’où l’avertissement du secrétaire général de l’OCDE : «la sortie des politiques monétaires non conventionnelles sera délicate, tout autant que les mesures destinées à éviter de nouvelles turbulences dans la zone euro».

Lire la suite dans notre édition du 29 novembre 

 

Sinistrose conjoncturelle

La France a enregistré un nouveau coup de mou entre les mois d’octobre et de novembre : recul de la production industrielle, mécontentements sociaux de tout bord qui gagne de plus en plus de catégories de population, note financière abaissée, chômage reparti à la hausse, croissance en berne. Pour autant, la quasi totalité des économistes qui scrutent l’économie française est d’accord. Premièrement, ces diverses dégradations étaient prévues et ne sont en aucun cas des surprises puisqu’en ligne avec ce qui était attendu. Deuxièmement, elles ne remettent pas en cause le fait que, fondamentalement, la France est bien dans une logique de reprise économique avec, selon le cabinet Xerfi, un taux de croissance, en tendance, de + 0,8 % l’an. Reste que la France sera parmi les pays qui bénéficieront le moins de la reprise globale dans l’Union européenne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
444 M€
444 millions d’euros qui avaient été prélevés sur les paiements directs de la PAC, en prévision de la réserve de crise pour 2018, vont être remboursés aux agriculteurs européens, a annoncé la Commission européenne fin novembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui