L'Agriculteur Charentais 14 juin 2018 à 09h00 | Par Bernard Aumailley

Moustiques : Tuer les meurtriers !

Il faut réguler leur présence pour des questions de bien-être et de santé publique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’entomologiste Bruno Boultreau traite les larves de moustiques dans le marais de Rochefort.
L’entomologiste Bruno Boultreau traite les larves de moustiques dans le marais de Rochefort. - © AC

La Charente-Maritime a une particularité : ses marais. Mais s’ils étaient insalubres dans des temps reculés, ils se doivent de ne pas le redevenir. On y chasse alors les moustiques. Une chasse sélective. Depuis 1964, la loi y oblige. Et c’est dévolu aux départements. Un établissement interdépartemental démoustique  : l’EID Atlantique. Financé pour moitié par le Département, et l’autre moitié par les communes ou les intercommunalités, ce programme faisait l’objet d’une présentation publique. Il est vrai que les moustiques ont tous les maux sur leurs pauvres ailes : porteurs de maladies, personne n’échappe à leurs piqûres. «Ce sont les animaux les plus meurtriers du monde avant les serpents, la rage, de très loin devant les crocodiles ou les requins.

Lire les explications sur les moyens de lutte dans notre édition papier du 15 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).