L'Agriculteur Charentais 26 janvier 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

MSA : Bonne année, quand même

La caisse des Charentes se place 10ième sur 35 dans la COG. Mais la vis se resserre encore et induit quelques craintes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Patrick Couillaud, le président de la MSA des Charentes, et derrière lui, Edgard Cloërec, le directeur général.
Patrick Couillaud, le président de la MSA des Charentes, et derrière lui, Edgard Cloërec, le directeur général. - © VC

Les vœux, normalement c’est fait pour souhaiter que du bien, des bonnes choses. Certes Patrick Couillaud et Edgard Cloerec n’ont pas failli à la tradition : santé, bonheur, etc. Mais… comme le rappelait le président de la caisse des Charentes, la convention d’objectifs et de gestion a été signée en 2016. Aux caisses de s’engager dans les contrats pluriannuels de gestion. Que n’a pas signé la caisse des Charentes «pour montrer la cohérence qui est sienne suite aux différentes informations dont elle a eu connaissance durant la tractation de la COG.» S’il est conscient que la «non-signature» ne changera rien, la réduction des moyens humains et financiers sera une réalité que lui et son directeur dénonce.

Lire la suite dans notre édition papier du 20 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
-73 %
Selon les derniers chiffres de FranceAgriMer, les transactions de vrac vin de France (SIG) avec mention de cépage en blancs, pour la région Charentes-Cognac (+1 %) se montait à 3 Mhl depuis le début de la campagne, soit -73 % par rapport à 2016-2017, sur un total français de 334 Mhl. Les transactions de vrac IGP en 2017-2018 s’élèvent en blanc à 1651 Mhl (+9 %)