L'Agriculteur Charentais 30 juin 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

MSA des Charentes : Passez l’addition pour faire les soustractions !

Rien n’augure des jours meilleurs : il faudra faire avec des restrictions en personnel et en moyens financiers. Explication de la quadrature du cercle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Edgard Cloerec, Patrick Couillaud, Anne Begouin, Bernard Jolivet.
Edgard Cloerec, Patrick Couillaud, Anne Begouin, Bernard Jolivet. - © AC

Patrick Couillaud l’avait annoncé dans nos colonnes : la nouvelle convention d’objectifs et de gestion (2016-2020) n’est pas favorable pour la caisse MSA des Charentes. Il l’a rappelé, martelé, vilipendé pour se résoudre à courber l’échine. Le conseil d’administration de la caisse MSA des Charentes, le 20 mai dernier, n’a pas entériné l’acceptation de couperet, «ne pouvant accepter une réduction aussi excessive». L’échelon central est sans réaction. Pourtant l’enthousiasme mutualiste est intact : une MSA proche, de proximité, «engagée», détaillant chaque lettre, démontrant sa capacité à gérer les «tâches régaliennes» dit Patrick Couillaud : «tous le même objectif : répondre aux attentes de nos adhérents et améliorer leur quotidien.» Une forte présence des élus MSA sur le terrain nouant des dizaines de partenariats dit son vice-président Bernard Jolivet.

Lire la suite dans notre édition papier du 24 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).