L'Agriculteur Charentais 04 décembre 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

MSA des Charentes : Regarder en arrière pour mieux voir devant

A la veille du 18ième scrutin, regards sur l’actualité sociale et sur la vie du groupe.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Bernard Jolivet, Patrick Couillaud, Edgard Cloerec.
Bernard Jolivet, Patrick Couillaud, Edgard Cloerec. - © AC

Chaque année, le groupe MSA invite les membres de ses comités d’agence à décliner l’actualité de sécurité sociale et du groupe. Ce fut l’occasion, jeudi dernier à Saintes, de lancer la campagne pour les prochaines élections de janvier prochain. Mais surtout de réaffirmer le rôle prépondérant de la MSA dans le paysage rural, guichet unique et de proximité. Autour de Patrick Couillaud, son président, la MSA des Charentes va renouveler, le mois prochain, par des votes sur internet, l’ensemble de ses délégués. Sans faire le bilan de la mandature qui s’achève, Patrick Couillaud a pointé les faits marquants : asseoir la fusion née en 2010, développement des dix agences sur le territoire des deux Charentes, actions sanitaires et sociales, multiplication des partenariats. Sur fond d’une exposition retraçant 65 ans de vie mutualiste de la MSA*, le président de la MSA des Charentes insistait sur cette «gouvernance démocratique», terreau de «solutions innovantes», inventées par la MSA mêlées à des avancées, qui en font «un amortisseur social.» Selon lui, rien ne doit éloigner de la proximité et l’accompagnement. «La MSA a fait ses preuves» et pourrait, comme il le laissait entendre, «élargir»  son assise vers d’autres «publics», ceux du RSI ou des étudiants. Il est rejoint par le numéro 2 de la MSA des Charentes Bernard Jolivet qui martèle que l’originalité de la MSA vient de son assise et en fait sa spécificité : «la MSA se trouve de fait placée, par ses élections, sous la responsabilité de ressortissants qui élaborent et déterminent, en assemblées générales et en conseils d’administration locaux, la politique sociale de la caisse.» Une petite piqûre de rappel, à la veille des élections, car la légitimité des élus MSA pour défendre cette spécificité réside dans la participation. Histoire de dire que le monde agricole a voix au chapitre : «ce n’est pas qu’une affaire d’experts et de techniciens.»

Lire la suite dans notre édition du 5 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

8 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
Entre 35 et 37,26 Mt
Les cabinets ODA et Agritel ont chiffré le 6 juillet la récolte de blé à respectivement 35 Mt et 37,26 Mt cette année en France, touchée par les intempéries au printemps. Si une baisse de volume est annoncée, la prudence reste de mise sur le plan qualitatif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui