L'Agriculteur Charentais 18 mai 2017 à 08h00 | Par Sylvain Desgroppes

Négoce centre Atlantique : Vers une nouvelle agriculture

Le groupement s'est penché sur deux des enjeux de l'agriculture post-2020 lors de son congrès.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Guy Valette, le directeur du Négoce Agricole Centre-Atlantique.
Jean-Guy Valette, le directeur du Négoce Agricole Centre-Atlantique. - © Sylvain Desgroppes

Le groupement des syndicats du Négoce Agricole Centre-Atlantique tenait ce mercredi 03 mai son trente-troisième congrès annuel au Rocher de Palmer, à Bordeaux. Une agriculture qui se transforme à grande vitesse face à de multiples enjeux (changement climatique, développement durable, compétitivité, regroupe- ments), une politique agricole européenne au centre des débats, autant de raisons qui ont incité les dirigeants du NACA à centrer leur congrès sur l'agriculture en 2025.

L'agriculture numérique
Au cours des interventions, deux grands axes ont ainsi émergé. Tout d'abord celui de la révolution numérique que traverse la société, et à laquelle l'agriculture est confrontée. «Dans les mois à venir, les négociants doivent structurer leur organisation en matière de gestion des données. On ne peut pas rester en dehors de cette Révolution Numérique », affirme Jean-Guy Valette.

Lire la suite dans l’édition papier du 12 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.