L'Agriculteur Charentais 26 février 2015 à 08h00 | Par Fabienne Lebon

Négoce : Entre congrès et anniversaire

Lors de leur assemblée générale, le grand congrès annuel, le 22 mai à Angoulême, était au coeur des discussions.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les négociants des deux Charentes réunis à la maison Meukow, à Cognac.
Les négociants des deux Charentes réunis à la maison Meukow, à Cognac. - © VC

1955  – 2015 : l’union syndicale des négociants en grains, graines et produits du sol de la Charente a mêlé vendredi 20 février l’utile à l’agréable, en organisant son assemblée générale dans la maison de cognac Meukow à l’occasion de son soixantième anniversaire. «En fait, avant que cette union syndicale ne soit créée, il existait déjà trois syndicats en Charente, l’un regroupant les grainetiers, un second s’adressant aux négociants d’engrais et un dernier pour les courtiers. Donc l’origine de notre groupement de négociants remonte à bien avant 1955», raconte Patricia Ranouil, secrétaire du syndicat. Depuis quelques années, le syndicat charentais (22 adhérents dont deux nouveaux : Viti Caillon à Foussignac et Tallon Génération 3 à Jauldes) tient assemblée générale commune avec son petit frère de Charente-Maritime (10 adhérents), «parce que nos problématiques, surtout celles concernant le dossier de l’eau et du fleuve Charente, sont les mêmes», explicite Gérard Piveteau, président du syndicat charentais. C’est aussi la montée en puissance de ce dossier Eau-Environnement, qui fait que le groupement Naca, basé à Niort, vient de pérenniser la mission de Nicolas Pugeaux, chargé de ces questions, notamment pour le bassin Adour-Garonne. Jean-Guy Valette, directeur du groupement des syndicats du négoce Centre-Atlantique, hérite pour sa part du dossier Azur, qui a donné lieu à la tenue récente d’un séminaire, réunissant autour de la table quelque 32 partenaires : coopératives, chambres d’agriculture et négociants de la région Poitou-Charentes ; l’objectif étant « de défendre les pratiques agricoles dans les aires de captage » conclut Gérard Piveteau, qui est aussi l’un des trois coprésidents du groupement interrégional.

Lire la suite dans notre édition du 27 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).