L'Agriculteur Charentais 09 août 2018 à 09h00 | Par Bernard Aumailley

Niveau rendements, pour le colza, c’est l’année «cata»

Précipitations trop abondantes ou sécheresse marquées, insectes et orobanches : cette année, le colza a eu droit à tous les fléaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Lors de l’alignement des chiffres de rendement des parcelles de colza, que ce soit dans les coopératives ou chez les négociants, bien peu sont ceux qui y trouvent une pincée d’optimisme.Les fourchettes vont de 15 à 35 Qx, mais les moyennes sont très basses. Climatologie et altises ont fait chuter la production départementale. Et les «alternatives» proposées, ici ou là, pour éviter les impasses techniques et les vols d’altises, n’ont pas forcément l’approbation unanime : semer très tôt inquiète Jérôme Landriau (Soufflet), qui craint une végétation importante et de possibles élongations en entrée d’hiver.  Mais, malgré cela, «on peut prendre des risques sur cette partie-là».

Retrouvez la suite de notre décryptage sur l'état du colza dans notre édition papier du 10 août 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).