L'Agriculteur Charentais 19 avril 2018 à 09h00 | Par Sylvain Desgroppes

Nouvelle aquitaine : Un objectif, la communication

Dans trois semaines, s’ouvre le salon de l’agriculture pour les professionnels comme le grand public.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dominique Graciet, le président de salon de l’agriculture Nouvelle-Aquitaine, et Bruno Millet, le commissaire général.
Dominique Graciet, le président de salon de l’agriculture Nouvelle-Aquitaine, et Bruno Millet, le commissaire général. - © SD

Le salon de l’agriculture Nouvelle-Aquitaine (SANA), qui se déroule au parc des expositions de Bordeaux du 12 au 21 mai prochain, est un temps fort de toute l’agriculture de la région. Il réunit les professionnels de tous horizons, soulève de nombreuses interrogations, permet de réfléchir aux évolutions futures du métier, et permet aussi de s’ouvrir au grand public, et de communiquer différemment.

Où en êtes-vous du défi lancé de faire passer un cap au SANA ?
Dominique Graciet : Le défi de transformer le salon en trois ans a fonctionné, le budget est passé de 1,5 million d’euros à 2,1 ou 2,2 millions d’euros, avec de solides partenariats noués avec le privé.

Lire la suite dans notre édition papier du 20 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Il s’agit de la quantité de blé tendre attendue à l’issue de la moisson 2018, proche de celle de l’an dernier et légèrement supérieure à la moyenne de la période 2013/2017. Le blé dur, en revanche devrait voir sa production baisser de 12,2 %, en raison d’un rendement passant de 55,9 à 51,8 qx et d’une baisse des surfaces cultivées.