L'Agriculteur Charentais 19 décembre 2013 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Nouvelle donne - Heureux comme un… 51 dans l’eau

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Lancée sur le précédent quinquennat, la réforme des représentations locales (département et région), boudée dans le début de ce quinquennat, vient de connaître un nouvel épisode : celui d’une nouvelle définition territoriale des cantons nés en 1790 qui avait été approuvé en janvier 2010. Et naturellement la publication de la «nouvelle carte» renoue avec la tradition des polémiques sur la cartographie électorale. L’opposition nationale crie au scandale, la majorité n’a pas assez de laudatifs pour encenser le découpage. Vendredi dernier, on était dans ce remake. Un Dominique Bussereau vent debout décernant le prix du meilleur charcutier de France et un Mickaël Vallet, serein, prétextant la loi et sûr des valeurs «équitables» de la nouvelle cartographie. Il n’empêche que pour les élections 2015, il faudra trouver un tandem dans chaque canton : un homme et une femme ou inversement. Mais dans 27 cantons et non plus dans 51 comme aujourd’hui. Des cantons nouveaux qui tournent autour des 20-25 000 habitants. Dominique Bussereau a toujours été opposé à une suppression des départements. C’est une constante. Il était plutôt favorable à un regroupement des Régions. Mais le nouveau découpage électoral provoque chez lui une fougue et une rage d’en découdre, législativement : «ruralicide, brigandage» voilà les qualificatifs dont il affublait vendredi la carte publiée. Il n’y voit qu’un artifice pour «faire basculer le Département à gauche.» Derrière ce redécoupage, les chefs-lieux de cantons actuels pourraient y perdre selon lui de leur attractivité économique et commerciale. Il a lancé la machine à rétro-pédalage : vote dans les municipalités, session spéciale du Conseil général le 24 janvier, des recours nationaux multiples, contentieux. Tout cela avant que le décret ne paraisse en mars prochain. De son côté Mickaël Vallet n’y trouve que des effets de manche et se range derrière la loi. La représentativité actuelle est déséquilibrée. Nombre de voix à gauche supérieur dans les urnes, nombre de conseillers de droite supérieur dans l’hémicycle départemental. Quant au plan sur la comète, dire aujourd’hui que la carte sera plus favorable à un bord qu’à un autre relève de la science-fiction électorale. Se servir des élections passées et comptabiliser les voix au regard de la nouvelle carte, aussi.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui