L'Agriculteur Charentais 25 mai 2017 à 08h00 | Par Alexandre Merlingeas

Océalia : Le conseil en coopérative prépare sa mue agroécologique

Comment concilier économie, agronomie et écologie en agriculture ?Thème de deux journées à Empuré. En Charente des agriculteurs expérimentent des pollinisateurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Table ronde de gauche à droite : Marianne le Bail, Bernard Chevassus-Au-Louis, Philippe Merle, David Flaud, Anthony Penigaud et Olivier Merle.
Table ronde de gauche à droite : Marianne le Bail, Bernard Chevassus-Au-Louis, Philippe Merle, David Flaud, Anthony Penigaud et Olivier Merle. - © VC

«Comment le conseil agronomique en coopérative peut-il aider à la transition écologique ?» Le vendredi 12 mai, les professionnels de la coopérative Ocealia étaient invités à débattre sur le sujet, et bien d’autres, sur le site de la Gargotte à Empuré. Un secteur géographique où un groupe d’agriculteurs s’est uni pour réfléchir et agir afin de favoriser les pollinisateurs (voir encadré). «35 % de la production agricole mondiale vient des pollinisateurs, a dit Philippe Delusset, le président d’Ocealia. Il existe des liens et des bénéfices mutuels entre agronomie, écologie et économie». «Nous voulons être un groupe coopératif réputé et responsable qui assure le développement économique de nos adhérents», a ajouté Philippe Merle, le directeur du Pôle agriculture.

Lire la suite dans l’édition papier du 19 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui