L'Agriculteur Charentais 25 février 2016 à 08h00 | Par Victor Bellaud

OCÉALIA : Un «message d’espoir» pour l’agriculture

Philippe Delusset, le président, présente les orientations stratégiques du premier groupe coopératif de la région

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Philippe Delusset a beaucoup d’ambitions pour le tout nouveau groupe Océalia.
Philippe Delusset a beaucoup d’ambitions pour le tout nouveau groupe Océalia. - © VR

Céréalier en Nord-Charente et ancien président de Coréa Poitou-Charentes, Philippe Delusset a pris la tête du nouveau-né Océalia. Un bébé déjà très grand qu’il souhaite emmener plus haut et plus loin, tout en gardant un maximum de proximité avec les adhérents.

L’autorité de la concurrence vient de valider le projet de fusion. Quel est votre sentiment suite à cette décision ?
Il y a évidemment un peu de soulagement même si globalement, nous n’étions pas trop inquiets. Il n’était pas dans notre objectif de saturer le marché ; on laisse aux agriculteurs la liberté de choisir leur organisme stockeur. En Poitou-Charentes, on représentera 39 % de parts de marché. Cela laisse de la place pour nos concurrents…

D’où est née l’idée de fusionner les deux coopératives pour donner naissance à Océalia ?
On est parti d’un constat : nous étions deux grosses coopératives parmi les coopératives moyennes. Face à nous, les concurrents grossissent, et le risque de voir l’une de nos deux coops se rapprocher d’un concurrent était réel. Si l’on voulait garder des centres de décision en Poitou-Charentes, on n’avait pas le choix. Ce qui est paradoxal, c’est que nous avons choisi de grossir pour rester le plus proche possible de nos adhérents.

Lire la suite de l'interview dans notre édition papier du 19 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
80 000 téc
Selon une estimation de l’Institut de l’élevage (Idele), datée de septembre 2016, ce ne sont pas moins de 80 000 tonnes équivalents carcasses (téc) supplémentaires qui devraient arriver sur le marché européen, sur les six derniers mois de l’année de 2016 par rapport à 2015. D’après l’Idele, la hausse des tonnages abattus en France, Allemagne, Royaume-Uni, Irlande, Pays-Bas, Pologne, Belgique et Danemark, «atteindrait +30 000 téc par rapport à 2015 au 3e trimestre (soit +7%/2015) et +50 000 téc au 4e trimestre (soit +10%/2015) ».