L'Agriculteur Charentais 10 juillet 2014 à 08h00 | Par Fabienne Lebon

Oenotourisme : Les Etapes du cognac cherchent toujours à fédérer

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Hugues Chapon (2e en partant de la droite) a succédé à Pierre Hitier (à gauche) à la présidence des Etapes du Cognac.
Hugues Chapon (2e en partant de la droite) a succédé à Pierre Hitier (à gauche) à la présidence des Etapes du Cognac. - © VC

Si l’association des Etapes du Cognac a connu dans son histoire récente un trou d’air suite au désengagement financier de la Région, son jeune président Hugues Chapon est confiant dans l’avenir. D’abord, parce que la Région serait de nouveau prête à subventionner l’association. «Nous avons renoué le dialogue suite aux Assises du Tourisme, et la Région pourrait nous aider dans le financement de notre site internet, qui est devenu obsolète» affirme le viticulteur, qui a présidé en début de semaine sa toute première assemblée générale. L’association peut aussi compter sur l’appui financier - en augmentation - du Conseil général de Charente-Maritime et de la communauté de communes de Haute-Saintonge. Forts de ses soutiens, auxquels il faut ajouter, entre autres, celui du BNIC, le président des Etapes du cognac a aussi rencontré les responsables du comité national du pineau et des vins de pays pour leur offrir une place au conseil d’administration : «Dans la région délimitée, on est en train de comprendre l’utilité de l’oenotourisme. J’espère donc obtenir d’ici la fin de l’année une position claire de ces deux acteurs pour qu’enfin on parle tous d’une même voix sur l’oenotourisme et qu’on adopte surtout une stratégie commune». Qui, pour l’instant, est orientée, du côté des Etapes du cognac, vers la montée en puissance du label «Vignobles et Découvertes», qui vient d’être renouvelé pour trois ans. 112 sur les 158 adhérents que compte l’association sont déjà labellisés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 19 %
Une troisième année de hausse des surfaces se profile pour le sorgho en 2018-19 dans l’Hexagone, indique Semences de Provence (Arterris). Quelque 60 000 ha (+8 % par rapport à la moyenne quinquennale) ont été cultivés en 2018. Des régions moins traditionnelles portent la dynamique : Nouvelle-Aquitaine à 14 976 ha (+19 % sur 5 ans), Centre-Val de Loire à 9 700 ha (+46 %), Pays de la Loire à 3 555 ha (+49 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui