L'Agriculteur Charentais 09 mai 2014 à 09h38 | Par l'Agriculteur Charentais

OGM - Le Conseil d’Etat rejette définitivement le MON810

Le Conseil d’Etat a confirmé lundi 5 mai l’arrêté du 14 avril interdisant la culture du maïs transgénique MON810.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Cette décision va à l’encontre du recours déposé le 18 mars par les maïsiculteurs, notamment l’AGPM (Association générale des producteurs de maïs) et l’UFS (Union française des semenciers, qui estimaient que la «position doctrinale» du ministre de l’Agriculture à ce sujet était une entrave au «droit à l’innovation». Le juge des référés a estimé que cet arrêté pris par le ministre de l’Agriculture «ne portait pas une atteinte grave et immédiate à la situation économique des requérants ni de la filière». La décision a été saluée par le ministre de l’Agriculture et la ministre de l’Ecologie, qui avaient déjà tenu à rappeler leur volonté de maintenir l’interdiction de la culture des OGM en France après l’arrachage de plants de maïs supposés transgéniques par des militants anti-OGM le 2 mai. Suite à cette décision, l’AGPM a demandé au Conseil d’Etat de « statuer dès que possible sur le fond », considérant que l’instance n’avait «pas écarté l'existence de doutes sérieux sur la légalité de cet arrêté». La FNSEA s’est exprimée de façon plus générale sur le traitement des OGM dans la politique actuelle, refusant «l’approche binaire et clivante pour ou contre les OGM», et demandant un débat moins dogmatique, davantage axé sur la question de la recherche et de l’innovation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui