L'Agriculteur Charentais 08 septembre 2016 à 08h00 | Par Terres Inovia

Oléagineux : Faut-il semer le colza dans le sec ?

Face au manque d'eau, les sols sont secs. Quid de la préparation des sols pour les premiers semis de colza. Terres Inovia donne des conseils.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Soigner la qualité du lit de semence d'autant plus que la levée sera compliquée en situation sèche.
Soigner la qualité du lit de semence d'autant plus que la levée sera compliquée en situation sèche. - © J C Gutner

La vague de chaleur du mois d'août et l'absence de précipitations significatives perturbent les premiers semis du colza. Les sols sont secs compliquant aussi les préparations de sols. Les prévisions météorologiques à court et moyen terme n'annoncent pas de changement, pas de pluies significatives à venir mais une chaleur exceptionnelle ! Les premières inquiétudes naissent donc quand habituellement les premiers semis démarrent sur la zone.

Quelles préparations en sol sec ?
Les outils ont en ce moment quelques peines à travailler les sols secs, difficiles à reprendre. Il faut cependant soigner la qualité du lit de semence d'autant plus que la levée sera compliquée en situation sèche.

Lire la suite dans notre édition papier du 2 septembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
32,4 ME Mt
En 2017, en Nouvelle-Aquitaine, 1 815 projets ont ainsi été soutenus dans le cadre du Plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles (PCAE), pour un montant global de 32,4 ME (Région, État, Europe, Agence de l’eau…). Ce plan, harmonisé en 2017 à l’échelle des trois ex-régions, déploie désormais un «panier» de dix dispositifs distincts et complémentaires, sous forme d’appels à projets annuels, afin d'’accompagner les agriculteurs au plus près de leurs besoins.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui