L'Agriculteur Charentais 20 juillet 2017 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

On irrigue ou pas ?

L’eau est au cœur de tensions dans le département. Les cellules de crise se succèdent.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © ac

Il n’est pas une entrevue avec les services de l’Etat où l’on ne parle pas d’eau. Jusqu’au jour de l’arrivée du nouveau préfet, tout juste descendu de l’avion en provenance de la Martinique, où la presse l’interroge sur la non présence de la fédération de la pêche et certains syndicats à la cellule de crise. La CdA de La Rochelle annonçait haut et fort qu’elle ne laverait plus les rues en ce moment et utiliserait avec parcimonie l’eau pour les espaces verts. Vient se greffer sur ce débat en pleine sécheresse, celui d’une possible utilisation illégale de réserves d’eau par l’ASAI des Roches. Ce qui déclenche la traînée de poudre, c’est le courriel co-signé du président de la Chambre d’agriculture et du président d’Aquanide 17 qui demandait la reprise de l’irrigation dimanche dernier à 9 h. Dans ce dernier, les deux structures rappelaient les efforts passés pour préserver la ressource en eau potable sur le département. Mais les besoins des cultures sont tels que se passer de l’irrigation leur était pour elles inconcevable économiquement. Après la succession d’arrêtés d’interdiction durant le printemps et le début de l’été, mais avec des niveaux d’eau qui sont remontés ces derniers jours, elles espéraient un desserrement de l’étau. D’autant qu’Aquanide 17 a déposé un recours au tribunal administratif contre l’arrêté du 6 juillet sur l’OUGC Saintonge. Un arrêté qui permettait l’irrigation réduite la nuit. Menacer de passer outre, l’arrêté a donc provoqué une première polémique, mais l’arrêté a été modifié.

 

 

lire la suite dans notre édition papier du 21 juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.