L'Agriculteur Charentais 08 juin 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

On ne produit plus du lait, mais «des» laits

La conjoncture s’améliore doucement, tributaire du marché mondial. Mais la demande en matières grasses tire la production.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

La conjoncture sera-t-elle plus porteuse ? A en croire les prix payés par les opérateurs régionaux, Terra Lacta notamment, et les chiffres donnés par FranceAgriMer, le manque de matières grasses pèse. Ainsi l’évolution de la collecte laitière française est tributaire de l’ambiance mondiale. Concernant la collecte mondiale, les tendances observées fin 2016 se poursuivent au début d’année 2017 : hausse aux États-Unis, stabilité en Nouvelle-Zélande, repli dans l’Union européenne et en Australie. La situation reste contrastée au niveau européen, avec une collecte laitière toujours élevée aux Pays-Bas. En France, la collecte semble revenir progressivement à la moyenne des cinq dernières années, après avoir plongé sur la deuxième moitié de 2016. Selon les derniers chiffres de FranceAgriMer, début mai, l’évolution de la collecte était en recul sur un an de 4 %, et sur une moyenne des 5 ans, de 3,3 %. Selon Alain Lebret, président de Terra Lacta, «nous sommes en plein paradoxe : on n’a jamais eu de cours d matière grasse aussi élevés et des cours de protéines aussi bas.»  Même si la collecte de matière tend à se rééquilibrer la production est faible et la demande forte. «C’est l’inverse de ce que l’on nous a dit et ce que l’on a vu depuis 20 ans» ajoute-t-il «donc la situation est très moyenne. Elle pourrait être meilleure si le marché des poudres repartait.» Trop de stocks, «350 Kt toujours», mais une demande existante. «La valorisation du lait, c’est 40 % de matières grasses et 60 % de la protéine… 40 % se vend bien, mais les 60 % beaucoup moins bien.»

Lire l'ensemble du dossier lait dans notre édition papier du 2 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui