L'Agriculteur Charentais 11 août 2016 à 08h00 | Par MR

Origine des viandes et du lait : Feu vert du Conseil d'État

La parution du décret est prévue pour septembre et son entrée en vigueur pour le 1er janvier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © REUSSIR / A. Puybasset

Le Conseil d'État a donné, le 26 juillet, un avis favorable au projet de décret du gouvernement relatif à l'étiquetage de l'origine de «la viande dans les plats préparés» et du «lait dans les produits laitiers», annonce le ministère de l'Agriculture dans un communiqué le 27 juillet. Cette décision ouvre la voie à la mise en place de cette obligation dès le 1er janvier. Une réunion de concertation s'est tenue dans l'après-midi, au ministère de l'Agriculture, avec les représentants des filières concernées et des associations de consommateurs. Elle portait «sur les modalités précises de l'application de ce texte», explique le communiqué. Une prochaine réunion est prévue le 30 août, et le décret est attendu pour début septembre. Lors de cette première réunion, les débats se sont concentrés sur trois points de discussion, dont le plus important fut la définition des taux de viande à partir desquels l'étiquetage sera obligatoire.

Lire la suite dans l'édition papier du 5 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).