L'Agriculteur Charentais 27 mars 2014 à 11h05 | Par David Plouzin

OUSTE ! DEHORS ! - L’élevage des veaux en plein air

A la ferme expérimentale Les Trinottières, dans le Maine et Loire, des génisses ont été élevées en plein air.Descriptif de cette conduite technique et premiers enseignements.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le concentré est distribué dans une auge couverte.
Le concentré est distribué dans une auge couverte. - © CA Maine et loire

Au printemps 2013, sept génisses nées en avril et mai ont été élevées en plein air. L’objectif de cette observation est d’inciter les éleveurs à sortir leurs génisses afin de réaliser un vide sanitaire. La nursery sera curée, nettoyée et désinfectée. Ce vide sanitaire de 2 à 3 semaines minimum est primordial pour limiter les problèmes sanitaires. Voici le descriptif de la conduite technique testé le printemps dernier.

Phase lactée : 6 repas par semaine de lait fermenté
Durant les trois premières semaines, les génisses sont élevées en niche individuelle avec courette. Ensuite, elles passent en igloo collectif (5 places) acheté environ 1 000 €. Elles ont accès au pâturage. Le plan lacté est à base de lait non commercialisable fermenté des 14 premières traites. Ce lait fermenté est distribué à 200C dans un bac à tétines «milk bar». Elles ont de l'eau, du concentré et du foin à volonté dès la deuxième semaine. Le mélange fermier est composé de 80 de blé aplati, 20 de tourteau de soja et 20 g de 5/25/5 par kilo de mélange. Il est distribué à volonté dans une auge inox à l'abri de la pluie. Les refus sont faits quotidiennement. Le poids au sevrage est de 82 kg.

Du sevrage à 6 mois: concentré et foin au pâturage
Au sevrage, les génisses passent dans la seconde parcelle avec accès possible à un igloo de 15 m2. Le foin est à volonté au râtelier. Le concentré est distribué dans une auge couverte. 2,5 à 3 kg de concentré par génisse sont distribués en un repas par jour afin de simplifier le travail. Cette pratique avec un mélange à base de blé a entraîné des problèmes d'acidose. De plus, le foin prend rapidement l'humidité par mauvais temps.Les croissances après sevrage sont bonnes et l'objectif de poids à 6 mois est atteint. Par contre, avec deux mois d'écart d'âge entre la génisse la plus âgée et la plus jeune, le poids moyen à six mois est compris entre 182 kg et 221 kg. Il s'explique par la concurrence entre animaux sur la consommation de concentré. Le fractionnement en deux repas par jour et surtout la présence de cornadis aurait limité ses problèmes.

Conseils
L'élevage des veaux au pâturage est intéressant pour réaliser un vide sanitaire. Un igloo permet aux veaux de s'abriter par mauvais temps. La parcelle doit être correctement clôturée. Nous avons opté pour un grillage à moutons avec un fil électrifié à l'avant. La séparation entre les veaux allaitées et sevrés est réalisée avec un grillage souple électrifié. Le système se déplace facilement selon la pousse de l'herbe.Au printemps 2014, nous allons installer un panneau de cornadis sous un toit en tôle afin d'habituer les génisses dès leur jeune âge. L'objectif est de mieux les apprivoiser mais aussi de limiter la concurrence surtout après sevrage. Le mélange fermier à base de maïs grain entier sera distribué en un repas par jour pour simplifier le travail. Rendez-vous dans un an pour discuter des résultats..

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 19 %
Une troisième année de hausse des surfaces se profile pour le sorgho en 2018-19 dans l’Hexagone, indique Semences de Provence (Arterris). Quelque 60 000 ha (+8 % par rapport à la moyenne quinquennale) ont été cultivés en 2018. Des régions moins traditionnelles portent la dynamique : Nouvelle-Aquitaine à 14 976 ha (+19 % sur 5 ans), Centre-Val de Loire à 9 700 ha (+46 %), Pays de la Loire à 3 555 ha (+49 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui