L'Agriculteur Charentais 05 avril 2018 à 09h00 | Par Laurence Guilemin

Ovin, Fédération recherche éleveurs motivésA la fédération départementale, on s’interroge sur la faible participation des adhérents et éleveurs aux formations.

A la fédération départementale, on s’interroge sur la faible participation des adhérents et éleveurs aux formations.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une production ovine qui intéresse et une fédération qui s’interroge.
Une production ovine qui intéresse et une fédération qui s’interroge. - © AC

A l’’assemblée générale de la fédération départementale d’élevage ovin, le 20 mars, à La Laigne, on s’est posé beaucoup de questions quand à la motivation des 40 adhérents  et des éleveurs ovins. «Nous avons à cœur de partager sur notre métier d’éleveur ovin. Ce moment est l’occasion de nous rencontrer pour échanger, partager des interrogations et  se sentir moins seul dans un contexte agricole toujours compliqué» souligne la présidente Patricia Tabuteau  tout en regardant la vingtaine de personnes ayant répondu à l’invitation. Pourtant la fédération n’est pas inerte ! Elle a organisé en 2017 des journées ovines sur le thème «élèves infirmiers de nos brebis»,  mais «peu d’éleveurs participent» regrette-t-elle.

Lire la suite dans notre édition du 6 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.