L'Agriculteur Charentais 09 mai 2013 à 18h25 | Par l'Agriculteur Charentais

Ovins - La moitié des agneaux en vente directe

Installé depuis quatre ans, Ludovic Gilbert au Thou commercialise la moitié des ses agneaux en vente directe. regards

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lors de la venue de la FNO chez lui au printemps dernier.
Lors de la venue de la FNO chez lui au printemps dernier. - © Ac

Lorsque Ludovic Gilbert, au Thou, près de Surgères, a reçu l’assemblée régionale de la FNO sur son exploitation, il y a deux mois, il était clair : l’exploitation a un long passé d’élevage et lui des atomes crochus avec les ovins. Mais les 127 hectares de l’exploitation ne suffisent pas à dégager deux revenus, pour lui et son père. Le choix était donc volontaire de réintroduire l’élevage. «Nous avions des bâtiments vides et nous voulions les rentabiliser» débute-t-il, « ils ont servi pour l’engraissement et nous avons construit une bergerie neuve de 800 m2 pour accueillir mes 350 mères.» S’ajoutent 7 hectares de marais à valoriser. «Nous avons ajouté 7 hectares de luzerne pour l’agnelage. Et cela remplace les concentrés azotés. Surtout en ce moment.» Du foin acheté au voisinage vient compléter le tout. « Nous n’avons pas pu nous agrandir. Ceci explique notre choix pour les moutons.» Au prix des céréales actuellement, pas question de transformer des hectares céréaliers en prairies. Pas de capacité potentielle d’avoir de l’herbe. Surtout sans irrigation et en réserve utile. «D’autant qu’après quelques semaines de pâturages, un mois-un mois et demi, et avec notre climat, elles seraient toutes sèches en paille.» 4 hectares de parcours herbe sont autour de la bergerie. «Il faut que mes bêtes sortent dehors» s’empresse-t-il de préciser.  
Un circuit d’abattage et de vente de proximitéAujourd’hui avec 320 brebis, Ludovic Gilbert a choisi la Romane pour «faire de l’agneau.» Prolifiques, ces brebis font deux agneaux à chaque coup. «Le choix du Charollais dessus est conçu pour avoir du gabarit et de l’agneau un peu plus gros en viande avec notamment de bons gigots. On obtient ainsi des choses correctes.» L’objectif de 350 brebis à la fin de l’année sera atteint. «Avec 350, notre objectif est de dégager 500 agneaux par an ce qui permet un revenu pour une personne.» Ter’Elevage, filiale de Terrena, ex Teldis, vient chercher la moitié des agneaux et le reste est en vente directe. Ludovic Gilbert fournit aussi le marché santon de Saintes. «Ce n’était pas dans le projet initial de faire de la vente directe. Ce sont des opportunités. Lorsque j’ai commencé, petitement, nous avons testé cette voie-là. Ensuite, nous avons acheté une chambre froide.» Un atelier de découpe s’est installé dans le village voisin et cela aussi à booster la démarche : «les bêtes sont amenées le lundi matin à l’abattoir. Je les récupère à quelques kilomètres toutes découpées et je les mets dans ma chambre froide.» Ludovic Gilbert imagine le chemin que prendront, plus tard les brebis : «transformés en saucisses-merguez.» Mais c’est une nouvelle valorisation. Ter’Elevage est en Deux-Sèvres. Il fournit ainsi la filière agneau du réseau de distribution Carrefour.


Lire l'ensemble du dossier sur la reconquête ovine dans la région dans notre édition du 10 mai.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
70 000 €
C’est le montant maximal que peut atteindre la dotation jeune agriculteur (DJA), depuis la disparition des prêts bonifiés. Ce montant comprend le montant de base et les modulations.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui