L'Agriculteur Charentais 05 mai 2016 à 09h00 | Par Emilie Durand

Ovins : Michèle Boudoin, présidente de la FNO : «Je continue à travailler comme mon prédécesseur»

Michèle Boudoin, présidente de la Fédération nationale ovine (FNO) depuis 2015, revient sur l'assemblée générale du syndicat, qui s'est tenue les 21 et 22 avril à Saint-Malo : contractualisation, loup, Pac, segmentation de la viande, mention d'origine... Les éleveurs d'ovins ont encore du pain sur la planche.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © J.-C. Gutner

Vous avez pris la présidence de la Fédération nationale ovine l'année dernière. Vous êtes une femme, présidente d'un syndicat d'élevage et non issue du milieu agricole. C'est rare...

Je travaille au nom des éleveurs. Je n'ai jamais eu de souci. Cela ne veut pas dire pour autant que les échanges ne sont pas animés ! J'avais 26 ans quand je suis retournée à l'école étudier l'agriculture. Je venais de la fonction publique. C'est en 1994 que j'ai intégré le conseil de la FNO. Je me suis installée en hors-cadre familial. J'avais besoin de trouver des partenaires, des gens avec qui échanger pour avoir des repères sur la production. Et j'ai trouvé des collègues assez ouverts. Les éleveurs de moutons ont tellement souffert ! Ils avaient souvent déjà un contact avec le monde hors agricole car le conjoint travaillait à l'extérieur ou l'éleveur exerçait lui-même un autre métier en parallèle. Cela leur donne un autre regard.

Lire l'ensemble du dossier ovin dans notre édition papier du 29 avril : vaccination FCO mode d'emploi, + 10 % d'agneaux en 2020, vendre l'image de la filière

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
6 428
Selon l’estimation de l’Observatoire régional de l’agriculture biologique (Orab), pour 2018, les chiffres laissent présager une croissance du nombre d’exploitation bio en Nouvelle-Aquitaine. D’ici la fin de l’année entre 1 100 et 1 200 nouveaux engagements (936 au 1er octobre) devraient être comptabilisés. Ce qui ferait un total de 6 428 exploitations bio.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui