L'Agriculteur Charentais 17 octobre 2013 à 08h00 | Par Christelle Picaud

PARTHENAY - Le cadran ramène les éleveurs

Le marché au cadran commercialise chaque mardi environ 150 animaux, en fixant le juste prix de l’animal.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Hebdomadaire  le marché au cadran  à Parthenay chaque mardi.
Hebdomadaire le marché au cadran à Parthenay chaque mardi. - © CP

La vente au marché, c’est aussi un plaisir, témoignent de nombreux éleveurs. «On fréquente ces lieux par goût», confie Jean-Yves Faucher, éleveur à Chantecorps quelque peu frustré ces dernières années. Comme lui, les producteurs de viande étaient de plus en plus nombreux à commercer en ferme, loin de l’outil en désuétude que devenait le marché de gré à gré organisé à Parthenay. Seul pour conduire une exploitation de 91 ha, 65 vaches allaitantes et 100 brebis, le chef d’entreprise n’a pas les moyens d’aimer sans compter. La vente doit permettre de financer le temps et les frais engagés pour conduire des animaux au marché. «Le cadran a recréé le dynamisme économique qui manquait ces dernières années», juge l’éleveur.

Lire la suite dans notre édition du 18 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui