L'Agriculteur Charentais 18 mai 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Partir pour bâtir une gestion multi-facettes, un «mix hydrique

Nouvelle Aquitaine: La Région se penche sur l’eau et en débat durant une journée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Croire que résoudre la ou les problématiques sur l’eau dans la nouvelle Région puisse se suffire d’une journée n’était certes pas la vocation de cette journée, organisée par Nouvelle Aquitaine. Tout au plus, engranger quelques données techniques, «scientifiques» comme se plaisaient à dire les animateurs de la journée. Tout au plus, permettre une nouvelle fois l’expression des positions, des attentes, des «cristallisations» du débat. La réalité dans les douze départements de la région est venue étayer les arguments des uns et des autres. Surtout que le colloque avait invité large, des agriculteurs, aux conseillers départementaux, des associations environnementalistes aux élus des intercommunalités. Quantités, biodiversité, qualité, risque de submersion ou d’inondations, usages. Tout y était. Tout a été dit, évoqué, chiffré. «L’idée est de faire émerger des enjeux.» À cette fin, les «apports techniques», graphiques ou cartes, pointaient «à l’échelle de la région» : 75 000 kms de rivières et de canaux.

Lire la suite dans l’édition papier du 12 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui