Le Réveil Lozère 10 octobre 2018 à 14h00 | Par Sophie Chatenet

Pas de plan « Orsec » pour l’élevage à sec

En visite au Sommet de l’élevage de Clermont-Cournon, jeudi matin, Stéphane Travert a reçu un accueil musclé de la part des éleveurs du réseau FNSEA-JA, las d’entendre la même rengaine face aux difficultés qu’ils traversent.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le ministre de l’Agriculture a échangé avec les responsables de la race salers.
Le ministre de l’Agriculture a échangé avec les responsables de la race salers. - © SC

Armée d’un coton-tige géant et d’un pipeau doré, une centaine d’agriculteurs du réseau FNSEA-JA a accueilli le ministre de l’Agriculture en fanfare, jeudi matin au Sommet de l’élevage. L’évènement qui avait ouvert ses portes la veille, à la Grande Halle de Clermont-Cournon, a cristallisé les revendications syndicales sur la sécheresse et la loi alimentation. Les deux objets n’ont évidemment pas été choisis au hasard. Au-delà du symbole, ils en disent long sur le ras-le-bol de la profession à   [...]

 

» Lire la suite sur le site Le Réveil Lozère

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui