L'Agriculteur Charentais 05 septembre 2013 à 11h11 | Par Actuagri

Pascal Ferey - Environnement, l’agriculture est souvent un bouc émissaire

Vice-président de la FNSEA

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © NC

Comment la FNSEA aborde-t-elle la conférence environnementale* ?
Nous sommes confiants mais restons prudents. Dans ces discussions en table ronde tout dépend de la qualité de la synthèse des rapporteurs et par expérience nous savons qu’il faut toujours un bouc émissaire ;  malheureusement l’agriculture en est souvent un. Deux sujets risquent d’être épineux : la gestion qualitative de l’eau car là il y a un vrai document à charge à l’encontre de l’agriculture ainsi que la formation citoyenne. Je ne serais pas surpris de retrouver des associations environnementales devenir formateurs dans des projets et bénéficiant d’une aide financière non négligeable. 

Pourquoi le sujet de l’eau est-il «épineux» ?
J’ai l’impression que l’on réécrit la loi sur l’eau 2006 avec un objectif purement financier et mercantile qui est de ratisser tout ce qui bouge autour des Agences de l’eau pour mettre en place l’Agence française de biodiversité. Nous avons souscrit à l’Agence française de biodiversité mais sous réserve que l’on ne se trompe pas d’objectif. En second lieu, le rapport du député Lesage sur la politique de l’eau fait beaucoup de tort à l’agriculture. On y parle des polluants chimiques, des mesures de protection de captage, d’un arsenal juridique pour contraindre les acteurs autour des points d’eau or, il existe déjà une abondante législation sur la protection des masses d’eau. Je trouve ce rapport particulièrement dur avec le monde agricole et clément avec les déchets de la vie civile. Par exemple, on ne parle pas des stations d’épurations urbaines, des polluants venant de la médecine humaine, etc. La discussion va être difficile d’autant plus que les ministres de l’Agriculture et de l’Ecologie ont déjà validé la feuille de route du groupe eau. 

Certains sujets comme la fiscalité écologique, la transition énergétique ou la taxe carbone n’apparaissent peu ou pas dans les documents de présentation de la conférence environnementale, pourquoi ?
Dans la fiscalité écologique il est question de taxer de plus en plus les intrants, ça pourrait être une fois de plus un document à charge. La fiscalité globalement commence à être très contraignante, on sent une forme de ras-le-bol et pas que dans l’agriculture. Le retour de la taxe carbone a été annoncé cet été par Philippe Martin, le ministre de l’Ecologie puis Jean-Marc Ayrault, le premier Ministre. Sur la transition énergétique, nous pensons vraiment que les agriculteurs français peuvent apporter beaucoup avec le photovoltaïque, la méthanisation, etc. Nous regardons le modèle allemand avec attention : il assure la préservation de l’activité agricole tout en permettant une rémunération par la production d’énergie. 

Que va défendre la FNSEA lors de ces deux jours ?
Nous allons rappeler que l’agriculture française est d’abord communautaire. Les règles européennes doivent s’appliquer en France pour sauvegarder la compétitivité. Nous serons attentifs à l’économie circulaire c'est-à-dire à tout ce qui va se développer de positif autour de la thématique environnement. Pendant les discussions, il faudra s’abstenir de fustiger une production, une catégorie socio-professionnelle ou autre. En terme général, les questions sont intéressantes mais certains éléments de la feuille de route laissent à penser que certains ont tendance à aller chercher la paille dans l’œil du voisin… Et pourtant, le bilan de l’agriculture lié à l’environnement est loin d’être si négatif.

* Les 20 et 21 septembre prochains

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui