L'Agriculteur Charentais 10 septembre 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Patrimoine du XXIe siècle, histoire d'avenir

Il n'y a que l'embarras du choix durant un week-end : balades, visites, animations, découvertes, conférences.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Un alphabet du patrimoine de A, comme Annepont pour son église ou Asnières La Giraud avec son logis de l'Alleu ou bien encore Aulnay et sa visite de l'ancien couvent des Carmes à Y (puisque Z n'existe pas) à Yves et sa réserve naturelle nationale et sa vue panoramique. C'est ce que proposent ces journées du patrimoine version 2015 dans un livret de 110 pages ! De quoi trouver lieux à son goût et à proximité : des choses déjà vues et appréciées, d'autres méconnues. Difficile de citer un lieu plus qu'un autre : faut-il plonger dans le très grand passé du site de Barzan et son moulin du Fâ ? Lui préférer à Nantillé, le domaine de la Roussellerie où Madame Bizot la propriétaire fera le guide de cette ancienne ferme saintongeaise ou celle de Beurlay à Montplaisir ? A moins de profiter de la fraîcheur des dizaines d'églises ouvertes pour l'occasion entre l'église de Saint Vivien de Bords ou Saint Clément de Cabariot, de plonger dans le lointain passé avec le Paléosite ou bien découvrir les écritures en images de Jan Voss à l'espace d'art contemporain de Royan.
Le thème de la 32e édition des Journées européennes du patrimoine «Patrimoine du XXIe siècle, une histoire d'avenir» permettra cette année de présenter au public aussi bien des lieux de mémoires que des créations récentes qui constitueront le patrimoine des générations futures. «Il s'agit de faire découvrir et apprécier un patrimoine récent souvent méconnu, mais aussi de mettre en avant de nouvelles techniques de restauration et l'évolution des matériaux qui bénéficient autant au patrimoine historique qu'aux créations des quinze dernières années» décrit-on à la DRAC. Un exemple : «à Saintes, ce sont les espaces urbains du XXIe siècle de plusieurs quartiers qui seront révélés au public, mettant en valeur l'intégration de leur architecture dans le paysage, les formes contemporaines, le jeu des matériaux.» C'est sans compter que dans toute la région, des propriétaires privés mettront l'accent, lors de visites commentées, sur le véritable trait d'union entre passé et avenir.

Vache de patrimoine
Mais il est une initiative, parmi tant d'autres, qui retient l'attention : celle d'une balade dans les élevages du département. C'est ce que propose, le dimanche, à la ferme du Gaty, chez Patricia Oudin, à Hiers Brouage. «Cette année, Patricia Oudin, participera à la 5ème édition de l'opération Balades Elevages et Paysages organisée dans le cadre de ces journées.» A cette occasion, cette exploitante ouvre les portes de son élevage au grand public lors de cette journée dédiée à la découverte du paysage rural et du quotidien à la ferme. «Patricia Oudin, installée depuis 2008 avec la création de ce siège d'exploitation, élève des bovins sur une exploitation de 120 ha en prairies naturelles au coeur du Marais de Brouage. Cette dernière élève un troupeau de 260 bovins dont 70 vaches nourrices réparties entre des races Maraichine et Highland Cattle. Ces animaux sont élevés à l'herbe avec quelques compléments de céréales : tourteau de colza, maïs et orge laminés.» Avec le soutien d'Interbev Poitou Charentes, on propose alors deux balades en une : «les visiteurs partiront en balade bucolique et pédagogique autour de la ferme, guidés par Fanny Sainthillier chargée de mission du Conservatoire Régional des Espaces Naturels pour découvrir le paysage de marais autour de la ferme. Ils pourront ainsi comprendre l'histoire et l'évolution des paysages de marais, patrimoine commun naturel et élément essentiel de ces territoires.» Ensuite, au retour immersion dans le métier d'éleveur pour la seconde visite de l'exploitation.
Autre endroit qui vaut le détour, la minoterie de Courçon, présentée dans notre cahier «Côté Coops». Elle fête ses 80 ans et elle est toujours aussi belle, toute de bois vêtue. C'est le samedi 19 septembre de 9 h à 19 h, animations, marché fermier, balade en calèches et repas champêtre... et descente en rappel du silo !

retrouvez l'ensemble des manifestations et des animations en cliquant sur ce lien


http://www.poitou-charentes.culture.gouv.fr/jep/brochure.php?dpt=17

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui